Hiver et mauvais temps : osez le noir et blanc

Si l’hiver nous fait parfois grâce de jours lumineux, il nous apporte encore plus fréquemment un temps gris, morne et brumeux. Qu’y a-t-il alors de plus naturel que se cloitrer à la maison, bien au chaud et à l’abri des humeurs de la nature ? Malgré les apparences, la grisaille de l’hiver pourrait bien engendrer quelques belles images – en voici quelques-unes pour vous inciter à sortir dehors !
J’ai délibérément transformé les images de cet article en noir et blanc. La plupart des sujets étaient déjà presque monochromes et les couleurs ne contribuaient pas particulièrement à en renforcer l’ambiance.

Arbres et rochers sous la neige, Lac du Fischboedle/Metzeral, Haut-Rhin. Canon EOS 5D Mark II, EF 100-400 f/4,5-5,6 L IS USM
Arbre enneigé, Lac Blanc, Vosges. Canon EOS 5D Mark II, EF 135 mm f/2 L USM

Toutes ont été développées dans Camera Raw, en veillant à conserver toutes les tonalités subtiles, puis converties en noir et blanc dans Silver Efex Pro 2, mise à jour judicieuse d’un logiciel que j’affectionne particulièrement pour l’esprit de ses outils, très proche de la chambre noire d’antan.


Glace, Riedwald/Sélestat, Bas-Rhin. Canon EOS 5D Mark II, EF 50 mm f/2,5 Compact-Macro

Brume dans la vallée de la Wormsa, Metzeral, Haut-Rhin. Canon EOS 5D Mark II, EF 17-40 mm f/4 L USM
Chute d’eau, vallée de la Wormsa, Metzeral, Haut-Rhin. Canon EOS 5D Mark II, EF 100-400 f/4,5-5,6 L IS USM
Un matin d’hiver sur les bords du lac Fischboedle, Metzeral, Haut-Rhin. Canon EOS 5D Mark II, EF 17-40 mm f/4 L USM

Bien exposer

Par temps gris, le capteur d’un appareil photo s’accommode aisément du faible contraste d’un paysage. Mais la cellule se laisse facilement piéger. L’interprétant comme un excès de luminosité qu’il faut ramener à une valeur moyenne, la cellule sous-expose la neige qui devient du coup toute grise. Pour l’exposer correctement, fiez-vous soit à une vieille astuce de terrain, soit à l’histogramme de l’afficheur LCD. Mesurez la paume de votre main, puis compensez l’exposition suivant votre carnation : si vous êtes de type caucasien, surexposez d’un diaphragme par rapport à l’indication de la cellule pour ainsi bien exposer un paysage hivernal.

Branches sous la neige, Vallée de la Wormsa, Metzeral, Haut-Rhin. Canon EOS 5D Mark II, EF 100-400 f/4,5-5,6 L IS USM

L’autre méthode consiste à analyser l’histogramme : augmentez l’exposition jusqu’à ce que le bord droit de l’histogramme épouse son extrémité. Il s’agit en effet d’exposer à droite pour ainsi augmenter le rapport signal sur bruit du capteur.

Brume se dissipant en fin d’après-midi, Lac Blanc, Haut-Rhin. Canon EOS 5D Mark II, EF 135 mm f/2 L USM

Il suffit ensuite de réduire l’exposition dans votre logiciel de développement RAW. Activez le témoin d’écrêtage de votre appareil pour éviter une surexposition intempestive à la prise de vue. Mais ne paniquez pas — lorsque l’écrêtage commence tout juste à se manifester, le fichier RAW jouit toujours d’une gamme de tonalités complète !

Précédent Canon EF 50 mm f/2, 5 Compact-Macro : un joyau méconnu de la gamme Canon
Suivant Canon EF 100 mm F 2,8 Macro : un ancêtre toujours vert

Leave a comment

error: Ce contenu est protégé